05 octobre 2016

Marius Like

 

Sans être fan de  littérature française,

il est impossible de ne pas avoir entendu parler un jour

de la grande trilogie marseillaise de Pagnol et de son Marius.

 

Prénom qui évoque un temps

que les moins de 20 ans ne pouvent pas connaître...

 

Pourtant, Balzac, la célèbre marque de prêt à porter,

a souhaité surfer sur la vague des vieux prénoms qui reviennent à la mode

et a décidé d'appeler un de ses modèles fétiches ainsi.

 

Un modèle qui est reproduit de toutes les couleurs de saison en saison

et qui s'inscrit dans les pièces basiques du dressing.

 

 

Image 1

 

 

Marius est un petit gilet à basque

pressionné sur la partie haute.

 

 

Le challenge étant tentant,

j'ai souhaité reproduire une veste

se rapprochant de ce dernier pour la demie saison.

 

 

 

 

 

20

 

 

 

 

 

 

5

 

 

 

 

6

 

 

 

 

 

7

 

 

 

 

 

8

 

 

 

 

 

9

 

 

 

 

 

16

 

 

 

 

15

 

 

 

 

 

18

 

 

 

 

 

19

 

 

 

 

 

17

 

 

 

 

PATRON: Gilet Monceau de Cosy Little World

 

TAILLE: 40

 

TISSU: Sweat très finement cotelé marine provenant d'un destockage d'une boutique de tissus à côté de chez moi

 

PRESSIONS: Rascol

 

BIAIS: Cousette

 

MODIFS: Ajout d'une basque à 26 cm sous les aisselles, la basque est composée de 3 rectangles, 2 pour le devant de 41 cm (largeur sur 20 cm (hauteur)  et 1 pour le dos de 83 cm (largeur) sur 20 cm (hauteur). Pour info, je mesure 1m69.

 

BILAN: J'avais déjà tenté le gilet Monceau plusieurs fois et j'adore toutes mes versions. Il s'agissait donc d'utiliser ce patron dont j'étais sûre que la partie haute m'allait parfaitement pour y ajouter la célèbre basque de Marius.

J'ai utilisé pour cela un tissu sweat de belle qualité à 4 euros le mètre pendant un destockage (il était affiché à 10 euros le mètre avant) .

Acheté par 3 mètres, je n'ai pas été déçue d'en avoir pris autant car il m'est arrivé des mésaventures.

J'ai en effet reproduit deux fois le même modèle.

Ma première version était en tout point identique à celle que je vous présente aujourd'hui à l'exeption près que j'avais voulu surpiquer la couture située au dessus des fronces...

La chose à ne pas faire car en effet, cela accentuait fortement les basques et en applatissant les fronces, on avait l'impression que j'allais m'envoler....HORRIBLE! Donc, surtout, si vous utilisez un tissu épais, ne pas surpiquer, laissez vivre vos fronces même si cela vous paraît non fini...C'est bien mieux ainsi!

La seconde bêtise que j'ai faite sur les deux versions mais je ne le ferai pas quand je recommencerai l'opération (oui, je n'en ai pas eu assez), c'est de ne pas avoir mis de vieseline au niveau de la bande de pressions. En effet, cela aurait renforcé au moment de l'ouverture. Ici, ça va mais il ne faut pas que je m'amuse constamment à ouvrir et fermer le gilet...En fait, j'avais le souvenir de ne pas l'avoir fait avec mes monceaux précédents mais j'avais utilisé du molleton de FDS et la qualité est au dessus de celle de mon sweat.

Mis à part ces deux soucis, l'un rectifié, l'autre à rectifier pour une prochaine version, je suis ravie du rendu...

Le gilet est très seyant, même avec sa basque.

Je l'aime beaucoup!

Maintenant que j'ai trouvé toutes les astuces pour l'adapter à ma morpho

et le rendre pratique au quotidien, je vais m'atteler à le coudre dans d'autres coloris.

 

 

 

 

21

 

 

 

 

 

Posté par choupiprof à 10:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,